Nouveau site en ligne :

http://www.bricabrac-ortho.fr/
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'art de lire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
barthel



Messages : 187
Date d'inscription : 20/06/2011

MessageSujet: L'art de lire   Jeu 5 Jan - 18:07

José Morais chez Odile Jacob excellent état 10€ FPC

Hélène Huot
Professeur émérite
Ecrit par José Morais, professeur à l’Université libre de Bruxelles, et l’un des meilleurs
spécialistes actuels en matière d’apprentissage de la lecture, cet ouvrage devrait être lu
et discuté par tous les enseignants de Cours Préparatoire, et plus largement par tous
les enseignants soucieux de comprendre les difficultés de leurs élèves moyens ou
mauvais lecteurs pour mieux les faire progresser.
1. Facilité de consultation
En dépit de ses 300 pages, que viennent compléter un glossaire et un index très utiles
l’un et l’autre, cet ouvrage, paru dans une collection de poche, est d’un format
commode (19 x 12 cm) qui se prête très bien à la manipulation.
Encadré par une introduction assez générale sur les divers aspects de la lecture (plaisir
,personne, problème social) et une brève conclusion intitulée « Pour une politique de
la lecture », le corps de l’ouvrage est constitué de 5 chapitres au nombre de pages
équilibré :
1. le langage et l’alphabet (pp. 43-111)
2. le lecteur habile (pp. 113-165)
3. le lecteur débutant (pp. 167-214)
4. le lecteur en échec (pp. 215-260)
5. l’enseignement de la lecture (pp. 261-297)
2. Équilibre, cohérence et progression
Ces chapitres s’enchaînent selon une progression qui contribue à en faciliter la lecture.
Chap. 1. Le langage et l’alphabet. Le premier est fait en effet d’un rappel –
indispensable - sur la parole et l’écrit, et les différentes formes d’écriture inventées par
les hommes au fil du temps. Mais tout en disant et soulignant l’essentiel, ce rappel,
présenté au travers d’exposés imaginaires attribués à des utilisateurs de chacun de ces
types d’écriture, se lit sans effort, et donne envie au contraire d’aller plus avant dans la
découverte de ce qu’est la lecture et la capacité de lecture.
Chap. 2. Le lecteur habile. À ce titre, on comprend fort bien que l’auteur ait
choisi d’entrer dans le vif du sujet à partir du comportement de celui qui sait lire, et
bien, le lecteur habile.
Le chapitre qui lui est consacré est en conséquence constitué de trois sections :BIMS 62 2
- la première s’interroge sur ce qu’il y a de spécifique dans l’activité de lecture, c’est-à-
dire « la capacité d’identifier chaque mot en tant que forme orthographique ayant une
signification et de lui attribuer une prononciation. »
- pour l’auteur, dont la conviction repose sur des recherches reconnues, cette capacité
est avant tout cognitive, même s’il est évident que le mode d’entrée habituel de la
lecture est fourni par la vision, et l’activité oculo-motrice en cours de lecture, objet de
la seconde section, constitue pour cette raison une source importante de
renseignements sur la capacité de lecture.
- enfin la troisième section est consacrée à la description des principaux troubles de la
capacité de lecture observés à la suite d’un dommage cérébral chez des lecteurs
considérés comme lecteurs habiles avant la survenue de ce dommage.
Chap. 3. Le lecteur débutant. Ce chapitre, le plus intéressant pour les
enseignants en charge de l’apprentissage de la lecture, est aussi celui qui apparaît
comme le plus novateur. S’appuyant sur les progrès importants de la psychologie
cognitive, qui a montré la complexité des processus spécifiques à la lecture habile, J.
Morais défend en effet fermement, contre les partisans de ce qu’il appelle la
conception romantique de la lecture, dangereuse à ses yeux, la position selon laquelle
l’apprentissage de la lecture habile passe n é c e s s a i r e m e n t par la découverte et
l’utilisation du principe alphabétique de correspondance entre lettres et phonèmes.
Pour entraîner l’enfant dans cette voie, deux conditions principales :
- permettre à l’enfant de comprendre ce qu’est la lecture et ce que représentent les
textes et les livres par rapport au langage parlé,
- lui permettre de découvrir le principe alphabétique.
C’est sur ce point évidemment que J. Morais s’attarde le plus, en sachant rendre
compte de façon engageante de l’état des recherches en la matière, dans une
perspective résolument internationale, qui contribue à confirmer l’importance des
positions cognitivistes.
Chap. 4. Le lecteur en échec. Après avoir ainsi montré l’importance du principe
alphabétique, J. Morais examine les raisons d’échec et de trouble dans l’apprentissage
de la lecture et de l’écriture, parmi lesquelles une possible déficience visuelle ou
auditive, mais bien plus encore, et presque toujours une insuffisance notoire dans la
prise de conscience des phonèmes.
Chap. 5. L’enseignement de la lecture. S’appuyant à nouveau sur la recherche
scientifique expérimentale, J. Morais réaffirme la supériorité de la méthode phonique
sur la méthode globale. Sans entrer dans les détails techniques de séquences
pédagogiques (car tel n’est pas son propos), il présente néanmoins une série de
suggestions sur la façon d’enseigner le code alphabétique, ou de rééduquer des
lecteurs en échec, dont tout enseignant peut certainement tirer profit.
3. Fondements théoriques
Chercheur en psychologie expérimentale et cognitive, J. Morais n’affirme rien qui ne
s’appuie sur des expériences contrôlées et répétées, et confirmées de plus en plus par
les apports de l’imagerie cérébrale. À cet égard, les positions qu’il défend apparaissent
vraiment solides, et devraient à ce titre être connues des maîtres et présentées aux
futurs enseignants durant leurs années de formation.BIMS 62 3
4-5.Discours explicatif - Choix des exemples
L’ouvrage est un ouvrage de vulgarisation, au meilleur sens de ce terme. C’est-à-dire
qu’il n’y a aucune approximation scientifique, mais ce qui est dit est présenté de façon
claire et accessible à des non spécialistes.
S’il y a toujours des exemples illustrant les positions présentées, ceux-ci restent
généraux, et ne peuvent dispenser les maîtres intéressés de s’interroger sur la mise en
forme pratique des pistes suggérées, en fonction des rythmes spécifiques d’une classe
d’apprentis lecteurs.
6. Adéquation au public visé - Avis
Même s’il a été conçu et écrit pour un public plus vaste que celui des enseignants,
l’ouvrage de J. Morais est parfaitement adapté aux questions que se posent tous les
maîtres chargés de l’enseignement de la lecture.
Mieux connu de ceux-ci, il devrait contribuer à dépassionner les éternels débats sur la
lecture, et aider au contraire les maîtres à mener plus facilement leurs élèves jusqu’à la
lecture habile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'art de lire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le magazine Lire
» Comment lire quand quelqu'unE écrit en caractères minuscules ?
» lire le coran sur le net
» La page humour - à lire sans modération 2
» A lire cet été...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouveau site en ligne :  :: Ouvrages-
Sauter vers: